Les organisations environnementales mettent en danger la vie des enfants

Les organisations environnementales mettent en danger la vie des enfants

Aux Philippines, la culture du riz doré (Golden Rice) est temporairement interdite. Les ONG ont obtenu un arrêt de la culture en se basant sur des arguments scientifiquement infondés. Les plus pauvres sont les premiers touchés, car ce riz pourrait les protéger contre les carences alimentaires. Le professeur d'agroéconomie de l'université de Bonn, Martin Qaim, critique vivement ce blocage et explique les raisons dans la "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

jeudi 29 juin 2023

En novembre 2022, les agriculteurs philippins ont récolté pour la première fois du riz doré. C'était une nouvelle encourageante, car il aura fallu pas moins de 30 ans, de l'idée à la première récolte. Comme le rapporte la "Frankfurter Allgemeine Zeitung", la culture du riz doré aux Philippines a été à nouveau stoppée. Greenpeace et l'ONG locale MASIPAG ont protesté avec succès devant la Cour suprême du pays contre la culture du riz doré. Il est désormais interdit de cultiver du riz doré. Le professeur d'agroéconomie et directeur du Centre de recherche sur le développement de l'université de Bonn, Martin Qaim, commente cette décision dans la "Frankfurter Allgemeine Zeitung".


Exploitation de peurs injustifiées

Selon Qaim, les ONG ont réussi à exploiter de vieilles peurs. Dans leur demande à la Cour suprême, ils ont soutenu que la culture du riz doré devait être stoppée car les plantes génétiquement modifiées nuiraient supposément à la nature et à la santé humaine. La décision de la Cour est surprenante et incompréhensible : "…Le riz doré a été évalué comme sûr après de nombreuses années de tests sur ses effets sur l'environnement et la santé aux Philippines en 2021. Depuis lors, aucune nouvelle information sur les risques pour l'environnement et la santé n'a été découverte", déclare Qaim à la "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Selon l'agroéconomiste, les ONG se réfèrent à des risques hypothétiques qui ne sont pas soutenus scientifiquement.


Des milliers de vies d'enfants pourraient être sauvées

Grâce à la demande réussie de Greenpeace et de MASIPAG, l'autorisation du riz doré est une fois de plus retardée. C'est regrettable, car le riz enrichi en provitamine A pourrait prévenir la cécité chez de nombreuses personnes, en particulier les enfants, et réduire la mortalité infantile élevée : "Les recherches menées par mon groupe de travail montrent que l'utilisation du riz doré ne résoudrait probablement pas complètement le problème de la carence en vitamine A, mais pourrait le réduire de 60 %. Cela signifie, entre autres, que des milliers de vies d'enfants pourraient être sauvées chaque année grâce au riz doré. C'est pourquoi il est si regrettable que son utilisation soit à nouveau retardée", déclare Qaim dans la "Frankfurter Allgemeine Zeitung".


Un revers pour la sélection végétale moderne

Le jugement aux Philippines est une défaite pour Qaim : "Le jugement aux Philippines est un revers car il renforce probablement le préjugé selon lequel cette technologie est dangereuse". Cependant, les nouvelles méthodes de sélection, telles que l'édition du génome, représentent une énorme opportunité pour la sécurité alimentaire et une agriculture plus durable : "Surtout compte tenu du changement climatique, il serait malavisé de ne pas utiliser ces potentiels de manière responsable", déclare Qaim. Et il reste optimiste quant au fait que les preuves scientifiques finiront par l'emporter sur les peurs délibérément suscitées.

Les lauréats du prix Nobel critiquent les ONG

En 2016, plus de 100 lauréats du prix Nobel ont signé une lettre ouverte appelant à l'utilisation de technologies de sélection moderne en agriculture. Selon les Nations Unies, la demande alimentaire doublera d'ici 2050. Les nouvelles technologies de sélection sont nécessaires pour répondre à cette demande. Les scientifiques critiquent vivement les ONG telles que Greenpeace, qui empêchent la culture du riz doré et s'opposent fondamentalement aux nouvelles techniques de sélection.

Les opposants aux nouvelles méthodes de sélection sont de plus en plus en difficulté. Ils ignorent la science et répètent simplement de vieilles critiques infondées. L'organisation environnementale allemande "Aurelia" l'a admis ouvertement dans un document de stratégie interne, comme l'a rapporté le "Welt am Sonntag" : "Avec une argumentation principalement scientifique, nous ne pouvons que perdre, car nous n'avons rien à opposer à l'autorité du discours "Suivez la science-Leopoldina"... C'est pourquoi les écologistes en arrivent à la conclusion qu'il faut un nouveau récit pour l'application de la technologie génétique dans la sélection des plantes. Ce nouveau récit devrait reposer non pas sur les faits, mais sur des émotions telles que la liberté de choix, l'amour de la nature (les abeilles) et le pouvoir des entreprises semencières.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité