Du pain suisse sans céréales suisses?

Du pain suisse sans céréales suisses?

En raison de la météo extrêmement humide de l’été 2021, la récolte des céréales transformées en farine est particulièrement faible. La quantité mais aussi la qualité du froment ont largement souffert. Pour maintenir l’offre pour le pain, la Confédération a dû accorder des contingents tarifaires. Davantage d’importations sont nécessaires.

mercredi 1 décembre 2021

Comme le rapporte «foodaktuell», l’organisation de la branche suisse des céréales, des oléagineux et des protéagineux (Swiss Granum) a subi d’énormes pertes, tant en termes de quantité que de qualité des récoltes en 2021. L’organisation avait déjà émis une mise en garde en septembre. Le froment a particulièrement souffert de l’humidité persistante et des averses de grêle durant l’été. Au total, la récolte des céréales destinées à la boulangerie a chuté de 30% par rapport à l’année précédente. Ce manque ne peut être compensé que partiellement par les stocks actuels de céréales. L’Office fédéral de l’agriculture a donc dû accorder un contingent tarifaire anticipé. Pour couvrir les besoins nationaux, il est nécessaire d’importer plus de céréales.


Des céréales suisses en moins, un label «suissitude» en plus

Dans le même temps, Swiss Granum cherche à renforcer la «suissitude». À ces fins, l’organisation présente la nouvelle marque «Pain suisse». Le pain et les produits de boulangerie fabriqués en Suisse et à partir d’une farine fabriquée à 80% en Suisse pourront recevoir ce label. Selon «foodaktuell», 220 boulangeries se sont déjà inscrites pour cette distinction. Mais une question se pose: un tel label a-t-il du sens, alors que la production nationale de céréales destinées à la boulangerie est insuffisante? Selon Swiss Granum, les objectifs de réduction de la Confédération représentent un obstacle. La réduction massive des produits phytosanitaires renforce la problématique des mauvaises récoltes. Selon l’organisation de la branche, la culture des céréales et des oléagineux doit rester compétitive à l’avenir. Il est nécessaire que la Confédération renforce la sélection des espèces pour privilégier les plantes ayant une résistance élevée aux nuisibles, par exemple.

Articles similaires

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Autres contributions dans Actualité