Le charbon végétal, bon pour le sol et le climat

Le charbon végétal, bon pour le sol et le climat

Des agriculteurs zougois ont mis au point un procédé d’obtention de charbon à partir de déchets végétaux. Ce charbon permet d’améliorer la qualité du sol et de stocker le CO2. Cette invention leur a valu de remporter le Watt d’Or, le prix suisse de l’énergie. Toutes nos félicitations.

mercredi 9 mars 2022

Comme le relate le magazine scientifique de la «SRF», les agriculteurs zougois réunis autour de Fredy Abächerli ont cherché à reproduire la «terra preta». Ce terme portugais désigne la terre noire extrêmement fertile que les peuples indigènes d’Amazonie ont façonnée pendant des centaines d’années en mélangeant du bois et du charbon à un sol très pauvre à l’origine.


La carbonisation plutôt que l’incinération

Les agriculteurs zougois s’étaient mis en quête d’alternatives pour valoriser les déchets végétaux à forte teneur en bois, car ceux-ci ne conviennent pas pour la méthanisation. En 2011, ils se lancèrent dans la production de charbon végétal issu de déchets végétaux. Ils fondèrent l’entreprise Verora AG et n’eurent de cesse de perfectionner la méthode et de développer la production. Le procédé qui sous-tend la méthode s’appelle la pyrolyse. Les déchets issus de coupes d’arbres et d’arbustes sont tamisés et introduits dans un réacteur développé avec l’aide d’une entreprise allemande dérivée de la recherche universitaire. Ils y sont chauffés à une température comprise entre 500 et 600° C. Comme le réacteur est sous vide et qu’il ne contient pas d’oxygène, les déchets ne sont pas incinérés, mais carbonisés. Le CO2 reste dans le charbon. Les gaz produits par la pyrolyse sont entièrement éliminés par un second réacteur. La chaleur produite à cette occasion sert à chauffer la partie habitée de l’exploitation agricole.


Puits de carbone

La production de charbon végétal fait partie des technologies d’émission négative (NET). Ces technologies captent le CO2 dans l’atmosphère. Les plantes utilisent le CO2 comme source de croissance. Lors de la carbonisation, le CO2 reste dans le charbon et, lorsqu’il est épandu, dans le sol. On considère actuellement qu’il demeure dans le sol pendait plusieurs milliers d’années. Depuis quelques années, cette technologie est jugée prometteuse pour protéger le climat. Mais ce n’est pas si simple. Pour compenser le bilan carbone de la planète avec du charbon végétal, il faudrait chaque année 2500 fois le volume du Cervin. Malgré tout, la technologie peut aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Outre ses effets positifs sur le climat, le charbon végétal offre d’autres avantages: «Nous voyons clairement que la qualité du sol s’améliore et que le sol fonctionne mieux, qu’il est plus résistant aux changements climatiques», se réjouit M. Abächerli. En outre, le charbon végétal peut aussi être utilisé comme additif alimentaire. Il absorbe les toxines et réduit les émissions de méthane produites par les bovins lors de la digestion.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité