L'UE autorise le glyphosate pour 10 ans supplémentaires

L'UE autorise le glyphosate pour 10 ans supplémentaires

La Commission européenne a décidé de se rallier à l'évaluation de l'Autorité européenne de sécurité des aliments, qui n'a pas identifié de problèmes critiques concernant les effets du glyphosate sur l'environnement et la santé humaine et animale. La décision de la Commission européenne, basée sur la science, de prolonger l'autorisation de 10 ans supplémentaires est également un rejet des campagnes de peur de Greenpeace et Cie.

lundi 20 novembre 2023

La récente décision de la Commission européenne sur le glyphosate ne peut pas plaire à Greenpeace et à ses ONG alliées. Après tout, cela fait des années que l'on s'acharne sur ce produit phytosanitaire : dangereux pour la santé, voire cancérigène pour l'homme ; mauvais pour la biodiversité ; véritable tueur d'insectes - la liste des accusations portées contre ce produit phytosanitaire est longue et souvent criante. Le pesticide est devenu le symbole de tout ce qu'ils considèrent comme mauvais dans l'agriculture productive.

La Commission européenne a maintenant décidé que ce glyphosate pouvait être utilisé dans l'UE pendant 10 années supplémentaires. Les opposants à cette décision de la Commission ne souffrent pas seulement du fait que les efforts importants déployés à Bruxelles pour l'interdire n'ont pas été efficaces. Le fait que la décision de la Commission européenne s'appuie sur des faits scientifiques objectifs pèsera presque plus lourd. Comme l'écrit la NZZ dans son rapport, la Commission s'est inspirée de l'avis de l'EFSA, l'Autorité européenne de sécurité des aliments. Et cette EFSA a évalué en juillet de cette année les études les plus diverses et n'a pu constater "aucun problème critique en ce qui concerne les effets du glyphosate sur l'environnement et sur la santé des hommes et des animaux". Ceux qui tiennent à une politique basée sur des preuves doivent se réjouir de cette sobre justification pour la poursuite de l'autorisation du glyphosate.

Il n'en reste pas moins un arrière-goût amer : si la Commission européenne a dû prendre la décision de prolonger l'autorisation, c'est parce que les États membres de l'UE ne sont pas parvenus à s'entendre sur une ligne commune après des années de négociations. Ni la majorité qualifiée nécessaire pour une interdiction du glyphosate, ni celle pour une "éventuelle prolongation de l'autorisation" n'ont été réunies, comme l'écrit la NZZ. Et c'est donc à la Commission européenne qu'il revenait de décider. Cela montre que la campagne tapageuse et non scientifique des opposants au glyphosate se répercute malheureusement dans trop d'États membres de l'UE jusqu'aux plus hauts cercles gouvernementaux.

En Suisse, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) avait déjà constaté en 2020 que les soi-disant limites maximales de résidus de glyphosate dans et sur les denrées alimentaires ne présentaient aucun risque pour les consommateurs. Ils sont à peu près aussi cancérigènes que la viande rouge, la levure chimique ou les boissons chaudes. Une conclusion qui, espérons-le, s'imposera dans toute l'Europe dans les années à venir - et pas seulement au sein de la Commission européenne. Car le glyphosate a de nombreux avantages. Il est utilisé en premier lieu sur les surfaces agricoles, c'est-à-dire sur les champs qui ne servent pas d'habitat et de nourriture primaires aux insectes. Là où l'on cultive du blé ou du maïs, il n'y a pas de prairie fleurie pour nourrir les insectes (mais autour du champ, oui). L'herbicide est utilisé pour empêcher de manière ciblée la croissance des plantes gênantes dans le champ. Les mauvaises herbes sont en concurrence avec les plantes cultivées pour la lumière, les substances nutritives et l'eau et freinent ou empêchent leur croissance. Elles assurent donc les récoltes. Mais les mauvaises herbes peuvent aussi menacer directement notre santé, surtout dans les formes de culture où les herbicides ne sont pas autorisés. Les mauvaises herbes toxiques contenant des alcaloïdes ensont un exemple dans l'agriculture biologique. Mais le glyphosate joue également un rôle important dans les cultures sans labour. Ainsi, le Conseil fédéral conclut lui aussi : "Du point de vue des effets sur le climat, la protection des sols et les ressources non renouvelables, l'utilisation du glyphosate est plus avantageuse que la plupart des solutions de remplacement".

Peur inutile d'une intoxication insidieuse

Le glyphosate est certainement la victime la plus en vue de la campagne de Greenpeace et consorts - mais ce n'est pas la seule. Les craintes d'un empoisonnement insidieux sont sans cesse attisées. Le microbiologiste allemand Andreas Hensel montre dans une remarquable interview avec le quotidien berlinois Tagesspiegel à quel point la perception des risques par les gens est erronée en ce qui concerne les pesticides. Depuis 2003, Hensel est le premier président de l'Institut fédéral d'évaluation des risques à Berlin, qui étudie la sécurité des produits chimiques. Il se concentre en particulier sur la protection des consommateurs.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité