L’UE autorise les insectes dans la pâte à gâteau

L’UE autorise les insectes dans la pâte à gâteau

À la fin de janvier 2023, l’UE a autorisé deux nouvelles espèces d’insectes dans l’alimentation. Désormais, les grillons domestiques et les vers de farine peuvent être utilisés comme ingrédients dans certains produits alimentaires. C’est le cas en Suisse aussi. Les insectes ont depuis longtemps la réputation d’être des sources de protéines respectueuses de l’environnement.

mercredi 22 février 2023

Comme le rapporte le portail d’information «Infosperber», des insectes sous forme de poudre ou de pâte peuvent être ajoutés dans toute une série d’aliments : pains et petits pains, biscuits secs, prémélanges secs pour produits cuits au four, müesli, pizzas, nouilles, sauces, chocolat. La liste n’est pas exhaustive. L’utilisation des insectes dans les denrées alimentaires n’a toutefois rien de nouveau. Depuis des années, des insectes issus d’élevages contrôlés entrent dans la composition de diverses denrées alimentaires. La gomme-laque sécrétée par une cochenille est utilisée par exemple comme agent de glaçage des M&Ms et autres pastilles chocolatées. Dans l’UE, sept insectes sont autorisés dans la transformation agroalimentaire. En Suisse, les règles applicables sont les mêmes que dans l’UE, à condition qu’elles ne soient pas contraires à la législation suisse.

Quels sont les nouveaux insectes autorisés dans l’Union européenne depuis 2023?

  • Petit ténébrion mat, du nom d’une larve d’un ver de farine (Alphitobius diaperinus), sous forme lyophilisée, congelée, en pâte ou en poudre
  • Grillon domestique (Acheta domesticus), sous forme de poudre dégraissée

Quels sont les insectes déjà autorisés?

  • Grillon domestique, congelé, séché ou en poudre, dans certains aliments (depuis février 2022)
  • Criquet migrateur (Locusta migratoria, depuis novembre 2021)
  • Ver de farine (Tenebrio molito, au stade larvaire, depuis juin 2021)
  • Colorant de la cochenille (carmin)
  • Sécrétion de la cochenille Kerria lacca (gomme-laque)

Source: infosperber.ch

Aliments du futur ?

Les insectes d’élevage sont considérés depuis longtemps comme des « superaliments ». Ils sont riches en protéines et entrent donc en ligne de compte en remplacement des produits carnés traditionnels. Ils contiennent également les précieux acides gras essentiels oméga-3 et oméga-6 et sont riches en minéraux et en oligo-éléments. En outre, en comparaison de l’élevage de bétail, les élevages d’insectes sont respectueux de l’environnement et du climat, car ils sont moins gourmands en eau et en terres et rejettent moins de gaz à effet de serre.


Aussi autorisés en Suisse

En Suisse aussi, les insectes sont autorisés à la consommation. Le ver de farine, le grillon domestique et le criquet migrateur sont autorisés dans certains aliments depuis 2017. Comme l’explique l’émission « Espresso » de la SRF, leur teneur ne doit cependant pas excéder 5%. En outre, l’étiquetage doit indiquer clairement que l’aliment contient des insectes. Les insectes comestibles ont de la peine à séduire les consommateurs suisses. À la fin de 2021, Migros a retiré de l’assortiment les vers de farine, grillons et sauterelles qu’elle avait lancés sur le marché trois ans plus tôt pour cause de demande insuffisante. L’avenir dira quel sort les consommateurs réserveront aux insectes comme ingrédients des produits alimentaires.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité