Importance accrue de la sécurité de l’approvisionnement

Importance accrue de la sécurité de l’approvisionnement

Les Suisses ont une bonne image de l’agriculture. Mais la sécurité de l’approvisionnement est aussi devenue un thème plus important. C’est ce que montre un sondage représentatif publié par l’Office fédéral de l’agriculture pour le Rapport agricole 2022.

mercredi 30 novembre 2022

Le Rapport agricole publié tous les ans par l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) présente les dernières tendances qui traversent l’agriculture suisse. Périodiquement, il s’accompagne d’un sondage. Sur mandat de l’OFAG, l’institut de recherche gfs-zürich s’intéresse à l’image de l’agriculture auprès de la population. Dans l’ensemble, les personnes interrogées ont une bonne opinion des agricultrices et des agriculteurs. Par rapport aux sondages précédents, il ressort que les priorités ne sont plus les mêmes. La production alimentaire fait partie des trois plus grandes préoccupations des sondés. La sécurité de l’approvisionnement en temps de crise se voit attribuer une importance beaucoup plus grande que lors du dernier sondage de 2018. La pandémie de coronavirus et la guerre en Ukraine sont passées par là.


Taux d’autosuffisance en recul

Le taux d’autosuffisance, en léger recul, est aujourd’hui de 56% (net : 49%). Il varie toutefois selon les produits. Pour les produits laitiers, le taux d’autosuffisance atteint 100%. Pour les huiles et graisses végétales, seuls 24% des besoins sont couverts par la production nationale. Selon l’OFAG, cette productivité en léger recul s’explique par le fait que la population a augmenté plus rapidement que la production alimentaire. En outre, l’été humide de 2021 a fortement endommagé les récoltes de céréales. Le nombre d’exploitations agricoles continue de diminuer, même si les exploitations spécialisées dans la production biologique sont plus nombreuses. Quant à la surface agricole utile, elle a encore reculé sous l’effet de l’extension continue de l’habitat et des infrastructures.


La sécurité de l’approvisionnement passe par la technologie

Le dernier rapport agricole illustre une nouvelle fois le dilemme auquel est confrontée l’agriculture : produire plus avec moins. La population attend à la fois une production durable, des élevages respectueux des animaux et la sécurité alimentaire. Un renforcement de la sécurité alimentaire, en particulier en période de crise, passe par une hausse de la productivité nationale. Pour assurer une production aussi durable et efficace que possible sur les surfaces agricoles existantes, de nouvelles technologies sont nécessaires. Le Rapport agricole ne dit rien du rôle important qui revient aux nouvelles méthodes de sélection, tels les ciseaux moléculaires (CRISPR/Cas). Ou de la nécessité d’autoriser de nouveaux produits phytosanitaires, plus respectueux de l’environnement. De nombreux produits innovants sont depuis des années en attente d’une autorisation. Si la Confédération entend la demande de la population de renforcer la sécurité de l’approvisionnement, elle n’aura pas d’autre choix que d’autoriser les technologies innovantes.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité