Le Royaume-Uni ouvre la voie à la culture de plantes obtenues par édition génomique

Le Royaume-Uni ouvre la voie à la culture de plantes obtenues par édition génomique

Le Parlement britannique a adopté une loi visant à faciliter la culture de plantes obtenues par édition génomique. Pour la recherche et la science, ce changement présente d’énormes avantages: les plantes obtenues par édition du génome pourront, à l’avenir, être cultivées et testées plus facilement en plein air. Et de nombreuses applications prometteuses sont déjà dans le pipeline.

mercredi 23 mars 2022

Le portail en ligne «Farminguk» fait le point sur les nouvelles conditions cadres en vigueur au Royaume-Uni pour la culture de plantes obtenues par édition génomique. Avec la modification de la loi, le Royaume-Uni aligne ses conditions cadres dans le domaine des nouvelles méthodes de sélection sur celles de pays comme l’Australie, le Japon, l’Argentine, le Brésil et les États-Unis. Il figure désormais parmi les pays favorables à la technologie. Le National Institute of Agricultural Botany (NIAB), un groupe de recherche sur les plantes renommé basé à Cambridge, se félicite de cette décision. L’édition du génome est un outil offrant un énorme potentiel pour la sélection végétale. Elle permet les mêmes modifications génétiques que les méthodes de sélection traditionnelles mais en étant «beaucoup plus précise et efficace».


Avantages pour l’agriculture, l’environnement et les consommateurs

Le directeur du NIAB, Mario Caccamo, est persuadé que cette adaptation législative va permettre au Royaume-Uni de renforcer sa position de leader dans le domaine de la génétique végétale. Certes, le NIAB travaille depuis des années sur de nouvelles méthodes de sélection mais jusqu’à présent, les recherches n’ont pu être menées qu’en laboratoire ou sous serre. Cela va désormais changer. Caccamo déclare que l’édition du génome peut aider à sélectionner de nouvelles plantes qui résistent mieux au changement climatique et nécessitent moins d’engrais et de produits phytosanitaires. Le NIAB a quelques projets concrets dans le pipeline: le blé résistant aux maladies fongiques, le blé sans danger pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, les variations de la période de floraison des fraises et les caractéristiques de l’architecture racinaire du blé dur.


Un véritable coup de pouce pour les protéines végétales

Ces conditions-cadres permettent de stimuler la production d’autres sources de protéines végétales indigènes. L’édition du génome pourrait mettre en lumière le potentiel des légumineuses telles que les pois, les haricots et le soja. Celles-ci constituent des sources de protéines plus durables et plus respectueuses du climat que de nombreux produits d’origine animale. Caccamo déclare: «La recherche dans le domaine de l’édition du génome se concentre sur le développement de systèmes de culture moins dépendants des pesticides et des engrais, et sur la réduction de l’impact de l’agriculture sur le changement climatique.» Tous ces objectifs sont importants et partagés par l’ensemble de la classe politique.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité