Édition génomique: le Royaume-Uni sur la voie du sommet

Édition génomique: le Royaume-Uni sur la voie du sommet

Le parlement britannique prévoit d’adopter une loi destinée à une nouvelle régle-mentation des nouvelles technologies de sélection telles que l’édition génomique. La nouvelle législation ouvre la voie vers le sommet de la recherche agro-alimentaire pour la Grande-Bretagne.

mardi 8 novembre 2022

Le portail en ligne «AgroPages» présente les modifications apportées à la réglementation de nouvelles technologies de sélection en Grande-Bretagne. L’introduction d’une réglementation plus proportionnée et reposant sur la science dans le domaine de la sélection de précision constitue une grande opportunité pour l’agriculture. Les nouvelles technologies de sélection telles que l’édition génomique permettent de sélectionner des plantes plus résistantes aux événements climatiques extrêmes ainsi qu’aux nuisibles et nécessitant donc moins de produits phytosanitaires. Aujourd’hui déjà, les scientifiques britanniques font partie des leaders mondiaux de la recherche sur la sélection de précision. Le projet de loi prévu renforcera encore la position du Royaume-Uni et attirera davantage d’investissements dans la recherche et le développement.


«Un moment important pour l’agronomie»

Le projet de loi permet de commercialiser des plantes sélectionnées par édition génomique, plus précisément des plantes dont les modifications du patrimoine génétique auraient pu être obtenues naturellement ou par des méthodes de sélection traditionnelles. Les plantes dans lesquelles un gène d’une autre espèce a été introduit sont en revanche exclues. Gideon Henderson, le conseiller principal du ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra), indique à «AgroPages»: «C’est un moment important pour l’agronomie. La possibilité de modifier le code génétique d’organismes de manière précise, ciblée et imitant la sélection traditionnelle en recourant à l’édition génomique permet de développer de nouvelles variétés de plantes plus résistantes contre les nuisibles, plus saines à consommer et mieux armées pour résister à la sécheresse et à la chaleur liées au changement climatique.»


Du blé résistant à la chaleur

Dans les faits, l’édition génomique ne procède pas différemment de la nature. Depuis des millénaires, l’être humain sélectionne et cultive des plantes aux propriétés souhaitées. Les nouvelles méthodes de sélection permettent toutefois d’accélérer sensiblement et d’améliorer ce processus. Le temps nécessaire à la sélection de variétés présentant les caractéristiques souhaitées peut donc être réduit. Eu égard au changement climatique, c’est un avantage énorme, car le temps presse. La modification de la loi donne par exemple la possibilité de créer une variété de blé plus résistante à l’évolution des conditions climatiques. Grâce à l’édition génomique, des chercheurs du John Innes Centre à Norwich ont ainsi identifié un gène clé dans le blé qui permettrait d’introduire des propriétés telles que la résistance à la chaleur tout en maintenant un rendement élevé.

Une contribution contre le gaspillage alimentaire

L’édition génomique peut également contribuer à lutter contre le gaspillage alimentaire en prolongeant la conservation des denrées alimentaires. En recourant à l’édition génomique, l’entreprise de biotechnologie Tropic a développé une banane qui ne devient pas marron. Ce fruit s’abîmant en règle générale assez vite, la méthode permettrait de réduire la quantité de bananes gaspillées.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité