L’alimentation comme pseudo-religion

L’alimentation comme pseudo-religion

Lors d’une manifestation de l’organisation de branche Swisscofel, le prof. Thomas Ellrott de l’Université Georg-August de Göttingen a débattu de l’alimentation comme pseudo-religion. Sa thèse: la nourriture n’est de loin plus une simple absorption de calories. Les aliments sont aujourd’hui les reflets d’un mode de vie, avec lesquels les gens se mettent en scène. Ils sont censés refléter une identité. Et indiquer que l’on est du «bon côté».

lundi 23 mai 2022

Pour les parents d’aujourd’hui, la confection d’un gâteau pour le jardin d’enfants est un exercice périlleux. A-t-on encore le droit de mettre du sucre? Le gâteau peut-il contenir du gluten? Si possible, le gâteau ne devrait pas contenir de lactose. Et il devrait être végane. Pour le Prof. Dr. med. Thomas Ellrott, directeur de l’Institut en psychologie de l’alimentation de l’Université Georg-August de Göttingen, cette histoire illustre les difficultés de l’alimentation moderne. Il s’exprimait devant l’Assemblée des délégués de Swisscofel, une manifestation dont le Landwirtschaftliche Informationsdienst (LID) s’est fait l’écho. Souvent, affirme M. Ellrott, la santé et la durabilité sont citées comme les principales raisons motivant un certain mode alimentaire. Mais la question recouvre bien plus.


«La santé ressentie»

En quelques années, les aliments sans gluten ont connu un important essor. Selon M. Ellrot, les ventes montrent que beaucoup de gens achètent des produits sans gluten dont ils n’ont absolument pas besoin sur le plan de la santé. Le nombre de personnes qui souffrent d’une intolérance au gluten est en effet bien plus bas que ce que les ventes laissent supposer. La différence s’explique à l’en croire par le concept de la «santé ressentie», connue aussi dans la science sous le nom de l’effet halo. Il s’applique à des produits qui promettent être bons pour la santé, mais qui de fait n’apportent rien du tout. «Lorsqu’un emballage annonce que le produit est sans gluten, beaucoup de consommateurs pensent que le produit est bon pour la santé. De fait, si l’on considère strictement les faits, tout ce qui est indiqué, c’est que le produit ne contient pas de gluten», explique-t-il.


L’alimentation comme religion

La «santé ressentie» n’explique cependant pas encore le phénomène actuel de la «mise en scène des modes alimentaires». L’alimentation soulève bien plus souvent des questions de sens et d’identité. «Il y a de plus en plus de gens qui s’affirment par leur mode alimentaire, et qui ainsi forgent ou influencent aussi leur identité», constate M. Ellrott. Dans certains milieux, l’alimentation a même valeur de culte ou de pseudo- religion: «En d’autres termes, on s’affirme vis-à-vis des autres par la façon de se nourrir. Cela relève du pseudo-religieux», révèle M. Ellrott en faisant allusion à David Bosshard, ancien directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler, et qui avait dit un jour: «Pour une partie de la population, les achats au marché bio remplacent les visites à l’église.»


«Instagramability»

Pour M. Ellrot, l’émergence des réseaux sociaux a aussi une influence sur l’attention de plus en plus grande accordée à l’alimentation. Sur les réseaux sociaux, des menus parfaitement préparés sont mis en ligne tous les jours. L’alimentation est devenue un symbole de statut numérique. En exposant ce qu’ils mangent, les gens font également connaître leurs valeurs à la communauté. Pour M. Ellrot, certains traits de caractère sont associés à l’alimentation. Le mode alimentaire devient une affirmation vis-à-vis de l’extérieur, qui peut aller jusqu’à un sentiment de supériorité morale.


Diminution de la complexité

Des règles rigides en matière de comportement alimentaire aident aussi les gens à diminuer la complexité de la vie. Si l’on opte pour une alimentation végane ou sans gluten, nombre d’aliments n’entrent soudainement plus en ligne de compte. «Cela simplifie la vie. Il n’est plus nécessaire de prendre sans cesse des décisions», explique Thomas Ellrott. Réussir à conserver la voie choisie confère un sentiment de maîtrise de soi. «Il s’agit en fin de compte du sentiment de contrôle», note M. Ellrott. Contrôler ses propres habitudes alimentaires est rassurant. La santé et la durabilité ne sont donc pas les seules raisons expliquant pourquoi des individus optent pour une certaine alimentation. Selon le psychologue, d’autres aspects tels que l’identité, l’appartenance à un groupe social, la diminution de la complexité ou le sentiment de contrôler sa propre vie sont tout aussi importants.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité