Les transformateurs allemands d’oléagineux demandent la reconnaissance des ciseaux génétiques

Les transformateurs allemands d’oléagineux demandent la reconnaissance des ciseaux génétiques

À l’occasion de cette nouvelle année qui s’amorce, l’association allemande de l’industrie de transformation des oléagineux (OVID) lance au nouveau gouvernement un appel au courage et à la détermination par rapport aux objectifs définis dans le contrat de coalition. Parmi eux: la transformation de l’approvisionnement énergétique, le développement du Nutri-Score ainsi que l’élimination des contraintes bureaucratiques.

mardi 4 janvier 2022

«Il reste encore d’importantes questions en suspens», a déclaré la présidente de l’OVID, Jaana Kleinschmit von Lengefeld. Parce qu’elle fait partie de l’infrastructure critique, l’industrie alimentaire est tributaire de la compétitivité internationale des coûts de l’énergie et de l’efficacité des chaînes logistiques. «Nous avons besoin de davantage de sécurité en termes d’approvisionnement en matières premières et en énergie. L’intégration de toute urgence, dans le système national d’échange de quotas d’émission, d’une protection réalisable ne passant pas par la bureaucratie contre la fuite de carbone, est absolument indispensable si nous voulons mettre en place une protection efficace du climat en Allemagne», poursuit la présidente de l’OVID.

Pour garantir l’approvisionnement en denrées alimentaires, il faut selon elle se concentrer sur l’approvisionnement en matières premières de l’industrie alimentaire. «En ce qui concerne les oléagineux, l’Allemagne et l’Union européenne restent dépendantes des importations. Malgré tous les efforts pertinents fournis en faveur de la régionalité et des cultures locales, la situation ne pourra changer que sous certaines conditions», explique Jaana Kleinschmit von Lengefeld.

À l’occasion de la nouvelle année qui commence sous l’ère d’un nouveau gouvernement, le secteur fait le vœu d’un soutien politique plus appuyé et d’une meilleure acceptation des nouveaux procédés de sélection. «Nous sommes convaincus que le système de ciseaux génétiques CRISPR/Cas, récompensé d’un prix Nobel, constitue pour le monde entier d’énormes potentiels en faveur d’une agriculture durable. Selon le contrat de coalition, le gouvernement allemand entend ‘oser plus de progrès’, ce qui implique également de promouvoir les innovations et de reconnaître l’évaluation scientifique de leurs risques», conclut la présidente de l’OVID.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité