Pour les consommateurs, le prix prime sur le label de durabilité

Pour les consommateurs, le prix prime sur le label de durabilité

Lorsqu’ils achètent des produits alimentaires, les consommatrices et les consommateurs suisses sont plus souvent sensibles au prix qu’aux labels de durabilité. L’une des raisons possible est qu’un grand nombre ne connaît pas la signification de ces labels. C’est ce qui ressort d’une enquête de l’association suisse des commerces de détail Swiss Retail Federation.

mardi 11 janvier 2022

La «BauernZeitung» rapporte une enquête représentative réalisée par la Swiss Retail Federation, l’association suisse des commerces de détail, sur le comportement d’achat des consommatrices et des consommateurs suisses. Bien que les achats en ligne aient gagné en importance, 84% des personnes interrogées préfèrent encore faire leurs achats sur place, dans un magasin. 14% achètent en plus en ligne. Seuls 2% des personnes interrogées achètent leurs aliments uniquement en ligne. Lors de l’achat, le prix joue toujours un rôle prépondérant dans le choix du produit.


Le prix prime sur les (obscurs) labels de durabilité

Le label de durabilité d’un produit est plus important que son prix pour seulement un quart des sondés. En effet, 38% ont indiqué que leur décision d’achat reposait sur une combinaison du label et du prix. 37% déclarent que le prix est plus important à leurs yeux qu’un label de durabilité. Pour 13% d’entre eux, la question de la durabilité ne joue aucun rôle lors de l’achat. La «BauernZeitung» constate une certaine sensibilisation des consommateurs sur le thème du gaspillage alimentaire. Les personnes interrogées ont ainsi déclaré acheter des produits dont la durée de conservation est réduite ou présentant de petits défauts, afin qu’ils ne finissent pas à la poubelle. Le regard se porte ensuite sur les labels ou les certifications. Les labels semblent jouir d’un capital confiance élevé: plus d’un quart des personnes interrogées affirment connaître un label, mais ne pas savoir précisément ce qu’il représente. Il serait intéressant de savoir si une plus grande transparence sur les critères des labels de durabilité influence le comportement d’achat.

Des informations produits lacunaires lors des achats en ligne

Le nombre de signalements concernant des produits alimentaires non conformes vendus en ligne augmente. À côté des prestataires sérieux, il existe aussi des vendeurs qui proposent des produits dangereux pour la santé. Les chimistes cantonaux ont réalisé un contrôle à l’échelle nationale sur les denrées alimentaires proposées en ligne. Il a été vérifié dans 323 boutiques en ligne actives en Suisse que toutes les informations nécessaires sur les produits étaient disponibles en ligne. Les informations étaient insuffisantes ou manquantes dans 78% de ces boutiques. Les chimistes cantonaux ont pris des mesures pour combler ces lacunes. Les consommatrices et les consommateurs doivent être informés de manière complète et correcte sur les produits alimentaires, y compris en ligne. La loi sur les denrées alimentaires exige que les informations disponibles en ligne soient les mêmes que celles qui doivent figurer sur l’étiquette. Seuls la date de péremption et le lot de marchandise y font exception. Une règle à suivre: la prudence est de mise lors de l’achat sur Internet de produits provenant d’une source peu sûre.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité