Le conflit en Ukraine nous contraint à regarder au-delà de nos frontières

Le conflit en Ukraine nous contraint à regarder au-delà de nos frontières

La guerre entre l’Ukraine et la Russie menace l’approvisionnement alimentaire de nombreux pays et devrait avoir un impact important sur les prix des denrées alimentaires. Markus Ritter, président de l’Union suisse des paysans, plaide en faveur d’une augmentation de la production nationale – notamment par solidarité avec les pays plus pauvres.

jeudi 17 mars 2022

Dans un entretien accordé à l’émission 10vor10 de SRF, Markus Ritter déclare qu’il ne s’attend pas à une forte augmentation du prix du pain en raison du conflit en Ukraine. Il demande toutefois que la Suisse augmente sa production de céréales. Et ce, notamment par solidarité avec les pays plus pauvres: «Je crois qu’il est important que nous prenions nos responsabilités. D’une part vis-à-vis des populations dans les pays au faible pouvoir d’achat qui peuvent à peine s’offrir du pain. Nous ne devons donc pas nous fournir en grande partie sur le marché mondial, mais assurer notre alimentation avec notre propre production.»

La Suisse doit prendre ses responsabilités

Même si la Suisse n’achète qu’une petite partie de ses céréales à la Russie et à l’Ukraine, le marché mondial constitue un système fermé: «Si les prix augmentent, ce sont surtout les personnes à bas revenus – deux dollars par jour – qui souffriront de la faim. Cette année risque d’être difficile et nous devons également prendre nos responsabilités», explique Markus Ritter. En Suisse où près de 40% des denrées alimentaires doivent aujourd’hui être importées, il s’agit également de donner à la production nationale la place qui lui revient. Selon Markus Ritter, le Conseil fédéral se trompe lorsqu’il propose de renoncer à 3,5% des meilleures terres en plus des 18% de surfaces d’ores et déjà consacrées à la promotion de la biodiversité: «Nous devons produire du pain et du blé partout où nous pouvons le faire.»

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

L’augmentation des prix entraîne famine et révoltes

La hausse du prix du blé a atteint un sommet en raison du conflit ukrainien. Comme la SRFle montre dans plusieurs reportages, ce sont les personnes pauvres des pays du Sud qui la ressentent le plus. En Afrique de l’Est, par exemple: dans ces pays, près de 90% du blé proviennent de Russie ou d’Ukraine. Au Kenya, le prix de la farine de blé a augmenté d’un quart en quelques semaines. Les personnes qui vivent dans les villes et qui doivent dépenser environ la moitié de leurs revenus pour l’alimentation sont particulièrement touchées. Des pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient sont également très impactés. L’Égypte et la Tunisie importent d’immenses quantités de blé d’Ukraine. En Égypte, où le prix du pain est fortement subventionné depuis des années, la hausse des prix du blé menace de provoquer des révoltes de la faim semblables à celles du début du Printemps arabe.

Au Proche-Orient, des pays comme le Liban ou la Syrie achètent de grandes quantités de blé à l’Ukraine et à la Russie. En raison des guerres, de la corruption, des sécheresses et de l’inflation, une grande partie des populations de ces pays peut à peine s’offrir du pain depuis des années. L’augmentation des prix du blé sur le marché mondial oblige les gouvernements de ces pays à prendre des décisions lourdes de conséquences: un subventionnement encore plus important du pain creuse d’énormes trous dans les caisses des États. Par ailleurs, la hausse du prix du pain risque d’entraîner des troubles sociaux.

Articles similaires

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Autres contributions dans Actualité