Abeilles: une protection génétique en vue contre l’acarien Varroa

Abeilles: une protection génétique en vue contre l’acarien Varroa

L’acarien Varroa est le plus grand ennemi des abeilles domestiques. Il s’attaque aux abeilles et provoque des pertes massives dans les colonies d’abeilles. Des chercheurs américains ont mis au point un vaccin prometteur qui permet de renforcer les défenses immunitaires des abeilles contre l’acarien.

jeudi 10 mars 2022

L’acarien Varroa s’attaque aux abeilles et leur transmet le virus des ailes déformées (DWV). Comme son nom l’indique, ce virus entraîne des ailes déformées et rétrécies chez les abeilles domestiques. L’espérance de vie des abeilles infectées diminue. Ce sont des colonies entières d’abeilles qui peuvent être décimées. Jusqu’à présent, aucun traitement efficace n’existait. Comme le rapporte le «Schweizerische Bienen-Zeitung», des chercheurs américains ont trouvé un moyen de protéger les abeilles domestiques contre l’acarien Varroa. Pour ce faire, ils ont développé des bactéries génétiquement modifiées à partir du microbiome des abeilles domestiques. Ces bactéries agissent dans l’intestin des abeilles contre les virus et en même temps contre les acariens. Le taux de survie des abeilles ainsi «vaccinées» augmente de manière significative par rapport aux abeilles témoins: «Ceci a eu des effets immédiats sur la santé des abeilles» déclare la professeure Nancy Moran de l’université du Texas.


Risque minime pour l’environnement

Le terme microbiome désigne un écosystème de bactéries dans l’intestin des êtres vivants qui sert également à lutter contre les maladies. Comme les humains, les abeilles domestiques possèdent, en plus de ce microbiome, un mécanisme de défense antiviral appelé interférence par ARN (ARNi) qui aide le corps à se défendre contre les virus à ARN. L’introduction d’un virus à ARN produit des molécules appelées ARN double brin (ARNdb) qui reconnaissent une cellule saine et déclenchent une réponse immunitaire à ARN. «On n’obtient généralement des signes de ces molécules que lorsqu’un virus à ARN se réplique, explique Nancy Moran. C’est un signal indiquant la présence d’une chose maligne qu’il faut combattre.»


Une opportunité pour la sélection de colonies d’abeilles plus robustes

Sean Leonard, directeur d’études, déclare que c’est la première fois que la santé des abeilles est améliorée en modifiant génétiquement leur microbiome. Les traitements des abeilles ont été effectués avec des mesures de précaution rigoureuses. Selon les auteurs de l’étude, les risques liés à une application dans la nature sont très faibles. Aucun effet sur d’autres organismes n’est à prévoir. D’une part, les bactéries modifiées ne seraient pas capables de survivre longtemps en dehors de l’intestin. D’autre part, elles permettent de se protéger contre un virus qui ne touche que les abeilles. Les travaux des chercheurs permettront peut-être à l’avenir d’élaborer de nouvelles stratégies de sélection pour des colonies d’abeilles plus robustes.

Sources

Schweizerische Bienen-Zeitung 3/2022 (version papier uniquement)

Archives revue suisse d’apiculture

La protection des plantes basée sur l’ARN, une solution d’avenir hautement spécifique

Les biologicals reposant sur l’ARN permettront à l’avenir d’éloigner les nuisibles des plantes: cette technique consiste à injecter dans la plante de l’ARN double brin, que les ravageurs absorbent en mangeant la plante. L’ARN stoppe la synthèse de protéines essentielles dans le nuisible et paralyse ainsi l’agent pathogène ou le ravageur.

Articles similaires

Sueur d'angoisse comme appel à l'aide
Actualité Recherche

Sueur d'angoisse comme appel à l'aide

Les plantes vivent dangereusement. Elles sont entourées de prédateurs. Mais elles ne sont pas totalement à la merci. C'est ce que montrent des décennies de recherche. En cas d'attaque, les plantes dégagent par exemple des substances odorantes. Cette découverte pourrait conduire à de nouvelles stratégies de protection des plantes. Il n'est toutefois pas encore certain que cela aboutisse un jour à un produit largement utilisé.

Avec Crispr contre le changement climatique
Actualité Recherche

Avec Crispr contre le changement climatique

Dans le "Tages-Anzeiger", la lauréate du prix Nobel Jennifer Doudna parle des chan-ces et des risques des ciseaux génétiques. Cet outil permet de traiter de manière cib-lée des maladies héréditaires, de cultiver des plantes tolérantes à la sécheresse et de réduire les émissions de gaz à effet de serre des vaches.

Il vaut la peine d'y regarder de plus près
Actualité Recherche

Il vaut la peine d'y regarder de plus près

Les pesticides sont responsables d'une augmentation des tumeurs cérébrales chez les enfants dans le Weinland zurichois et le Seeland bernois, affirmait une étude réalisée il y a trois ans.

Les événements mondiaux exigent des adaptations
Recherche

Les événements mondiaux exigent des adaptations

Les Suisses souhaitent avoir le plus possible d'aliments locaux dans leur assiette. Un souhait qui est de plus en plus difficile à satisfaire. Ainsi, les agriculteurs ont de plus en plus de mal à protéger leurs récoltes. Il n'est donc pas étonnant que le taux d'auto-approvisionnement soit en chute libre.

Autres contributions dans Recherche