Le frelon asiatique menace les abeilles indigènes

Le frelon asiatique menace les abeilles indigènes

De plus en plus de ravageurs invasifs se propagent en Suisse. L'exemple le plus récent est le frelon asiatique, qui représente un grand danger pour l'abeille mellifère indigène. Mais d'autres espèces invasives menacent également l'agriculture et la biodiversité. Les mesures de lutte sont multiples. Mais les pesticides (produits phytosanitaires et biocides) restent un instrument important dans la lutte contre les nuisibles.

dimanche 5 novembre 2023

Le frelon asiatique s'est fortement répandu en Suisse l'année dernière. Le frelon est originaire d'Asie du Sud-Est et est arrivé pour la première fois en Europe en 2004 par des voies de transport. En 2017, il a été observé pour la première fois en Suisse. Selon le Service sanitaire apicole (SSA), l'abeille mellifère indigène fait partie des proies préférées du frelon asiatique. Elle représente jusqu'à 85 pour cent de sa nourriture


Forte expansion

Comme l'écrit la "Schweizerische Bienenzeitung", la population du frelon asiatique s'est fortement étendue en Suisse en 2022. Au total, il a été aperçu sur 24 sites dans huit cantons. De nombreuses observations ont également été signalées en 2023. Le plus récent en Octobre en Valais. Selon le "Journal des abeilles", la raison de cette forte prolifération est l'hiver doux, qui a permis à un nombre particulièrement élevé de jeunes reines de survivre et de fonder des nids au printemps.


Attention et lutte professionnelle nécessaires

Sous la direction du BGD, une task force a été créée en 2022, qui a pour mission de détecter et d'éliminer les nids de frelons asiatiques. La task force forme en outre les autorités cantonales afin qu'elles puissent à l'avenir détecter elles-mêmes les nids. Le Journal des abeilles décrit un exemple réussi de détection et d'élimination d'un nid. Il en ressort que pour pouvoir lutter efficacement contre le frelon asiatique, il faut une bonne collaboration entre les apiculteurs, les autorités cantonales, la task force, mais aussi les entreprises de lutte contre les nuisibles qui peuvent combattre et éliminer les nids de frelons asiatiques dans les règles de l'art.

Depuis le 1er juillet 2023, la population générale peut signaler l'observation de frelons asiatiques sur la plateforme suisse d'annonce pour le frelon asiatique. Les observateurs peuvent y télécharger le lieu de la découverte ainsi qu'une photo ou une vidéo du frelon. Les pièges ne devraient toutefois pas être installés, car des spécimens vivants sont nécessaires pour trouver les nids. La Fédération suisse des jardins familiaux appelle également à être vigilant et à demander une lutte professionnelle, qui utilise le dioxyde de soufre comme pesticide, comme on peut le lire dans les recommandations d'action élaborées par un groupe de travail autour de l'OFEV et du Service sanitaire apicole.


Ne pas introduire de plantes illégales

La propagation du frelon asiatique est un autre exemple de ravageur invasif qui constitue une menace pour les espèces indigènes. Le scarabée du Japon ou la mouche du cerisier sont également devenus une menace pour l'agriculture indigène au cours des dernières années. Mais les insectes ne sont pas les seuls à poser problème aux agriculteurs. De plus en plus de plantes invasives se répandent également en Suisse et évincent la flore indigène, comme par exemple l'"herbe professionnelle indigène" qui ressemble à la camomille. Des informations actualisées et des listes de ces soi-disant néophytes sont disponibles sur infoflora.

Les plantes introduites peuvent en outre transmettre de graves maladies. L'Office fédéral de l'agriculture met par exemple en garde contre la bactérie Xylella fastidiosa (Xf), qui est la bactérie la plus dangereuse au monde pour les plantes. Elle a entraîné l'abattage d'urgence de milliers d'oliviers dans le sud de l'Europe. En effet, l'une des plantes hôtes est l'olivier. C'est pourquoi, à leur retour en Suisse, les touristes devraient éviter autant que possible d'importer des plantes étrangères et en aucun cas des plantes figurant sur la liste de quarantaine.


Les produits phytosanitaires restent importants

La mondialisation et les flux de marchandises qui l'accompagnent augmentent la probabilité que certaines espèces invasives voyagent dans les bagages, les conteneurs ou les caisses de transport. Il n'est pas possible de l'empêcher. C'est pourquoi, en plus des mesures de lutte décrites ci-dessus, de nouveaux biocides ou produits phytosanitaires sont toujours nécessaires. C'est ce que montre l'exemple du scarabée du Japon, pour lequel on recourt non seulement à des pièges et au ramassage, mais aussi à des produits phytosanitaires.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité